Seriez-vous «flexitarien» sans le savoir?

Le 25 mars 2004 – Si vous aimez la nourriture végétarienne tout en mangeant un peu de viande, vous faites partie du nombre croissant des végétariens à temps partiel, appelés « flexitariens », traduction libre du mot anglais flexitarians récemment approuvé par l’American Dialect Society pour faire état de cette nouvelle tendance alimentaire.

Sans avoir de chiffres exacts, on évalue que 30 % à 40 % de la population américaine recherche à l’occasion des plats végétariens. Le marché des aliments végé s’est ainsi élargi depuis quelques années : des produits comme le lait de soya et les végéburgers se retrouvent maintenant sur les tablettes des supermarchés et aux menus des établissements de restauration rapide, répondant ainsi à la forte demande de ce nouveau type de consommateurs.

Selon une experte des politiques de santé aux États-Unis, le nombre croissant de flexitariens serait attribuable au fait que les gens sont plus sensibilisés au lien « alimentation et maladies ». Les flexitariens veulent les bénéfices nutritionnels d’un régime à base de céréales, de fruits et de légumes, sans pour autant perdre la source de protéines que leur procurent la viande et le poisson.

Les boutiques d’aliments naturels, qui, au départ, visaient une clientèle exclusive de végétariens, sont de plus en plus fréquentées par une majorité de personnes qui ne le sont pas. Les flexitariens qui se préoccupent de leur santé peuvent maintenant y trouver des produits naturels et biologiques, incluant la viande.

Certains éditeurs de magazines végétariens, pour attirer les flexitariens, ont assoupli leur approche de repas sans viande, même au prix de s’aliéner leurs lecteurs végétariens. Ainsi, jusqu’à l’an passé, les magazines américains Natural Health et Vegetarian Times ne publiaient que des recettes végétariennes. Maintenant, les recettes sont axées sur une approche élargie du végétarisme et incluent parfois de la viande. Ce changement serait survenu, selon l’éditrice d’un mensuel végétarien, après qu’un sondage ait révélé que 70 % des lecteurs de ces magazines n’étaient pas végétariens.

Enfin, les groupes de végétariens stricts voient d’un bon oeil le courant flexitarien, ne serait-ce que parce qu’il permet de diminuer la consommation de viande dans la population en général, ce qui ne peut qu’être bénéfique pour les animaux. Actuellement, 3 % de la population américaine est végétarienne, ce qui représente 5,7 millions d’individus.

Aline Charest – PasseportSanté.net

D’après C-Health et CNN

Laisser un commentaire




hafiane slimane |
Centre d'Etudes Cathares-Re... |
spiruline "l'algue bleue au... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journée mondiale des Sourds
| roquevaire cycle 3
| walluf-lalonde