A voir ….

25092008

Fast food nation    Bande annonce
Americain – 2006 – 1H54 – Genre : Comédie dramatique,Tout public,

Un film de : Richard Linklater Avec : Ethan Hawke, Avril Lavigne, Bruce Willis, Patricia Arquette, Paul Dano, Luis Guzman, Ashley Johnson, Greg Kinnear…

Synopsis

La vérité sera dure à avaler
Don Henderson, responsable marketing de la chaîne de fast food Mickey’s, découvre qu’il y a de la viande contaminée dans les stocks surgelés du hamburger vedette de la marque. Remontant chaque maillon de la chaîne de production pour tenter de résoudre le problème, ce qu’il va découvrir lui ôtera à jamais l’envie de manger ce qu’il vend.

Avis représentatifs

1-Engagé et sombre, mais profond

Voilà une fiction qui ressemble à un documentaire pour son caractère résolument engagé et critique. Comment s’en prendre au modèle social américain à travers son symbole : le big mac ou son équivalent. En fait, le film a deux thèmes : l’exploitation de la main d’oeuvre mexicaine clandestine par l’industrie (ici alimentaire) et la mise en danger de l’environnement et de l’hygiène alimentaire pour des raisons de productivité à tout crin. Et il ne fait pas dans la dentelle : on finit par la vision des abattoirs de viande. C’est à vous rendre végétarien. Et pendant ce temps les destins des immigrés mexicains, à qui il arrive toutes les horreurs du monde, broyés par des patrons immondes, sont croisés avec les portraits de quelques jeunes dans cette ville paumée du fond des Etats Unis qui réflechissent un peu sur le système économique et politique du pays. C’est là qu’Avril Lavigne intervient mais elle n’a qu’un petit rôle, éclipsée par d’autres acteurs. Tous les acteurs sont excellents, ils servent une démonstration appuyée sur le pathétique. Peut être un peu trop. C’est un bon film, critique comme rarement. On commence par rire puis on ne rit plus du tout.

2-A en devenir végétarien !

Ce film réunit tous les clichés que l’on peut avoir sur les fast foods bien américains : l’employé qui crache dans le hamburger, le steak qui tombe par terre et qui est reservi dans un plat, les mexicains exploités par les américains, les rythmes de travail infernaux, du sexe pour obtenir un bon emploi… et j’en passe. Ce film a plutôt tendance à nous dégouter de la junk food, surtout à la fin quand on voit réellement comment les vaches sont tuées, dépecées, découpées… Je ne vais pas souvent dans un fast food, mais en ayant vu ce film, je vais vraiment réfléchir à deux fois avant de prendre un hamburger !

3- Malbouffe et maltraitance

Ce film nous montre sans concession la face cachée des lobbies de la viande qui fournissent les grandes chaînes de fast food. Maltraitance des animaux et maltraitance des ouvriers (surtout mexicains et sans papier). Le tout doit produire une marchandise rentable et à des rythmes soutenus. La rébellion est vite matée. Monde de l’exploitation à tous les niveaux.

4-A voir absolument !

« Toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire! » ou encore « Il n’y a que la vérité qui blesse ! »… Félicitations à toutes les personnes responsables de la conduite de ce projet, qui n’ont eu que faire de ces dictons populaires ! Nous sommes au courant plus ou moins de l’existence de certaines pratiques, mais nous faisons semblant de ne pas les admettre ! A voir absolument !

5- Qui ira bouffer un hamburger après ça ?

Voilà un film comme on les aime lorsque l’on attend du cinéma autre chose qu’un bon spectacle ! Voilà un film qui s’engage, qui dénonce, qui critique, qui réveille, qui nous réveille, nous tous, endormis dans un monde écoeurant d’imperfection, d’injustice, de cruauté… ! Voilà un film qui fait réfléchir : à voir et à conseiller ! Peut-être un peu plus d’humanisme à la clé.

A voir .... dans z Films documentaires barre103

wefeedtheworldkw8.jpg  Bande annonce

 

 

Titre original : We feed the world.
Réalisateur : Erwin Wagenhofer
Casting : interview de Jean Ziegler (O.N.U.)
Année : 2006

Résumé : des montagnes de pain détruites en Autriche, du soja sud-américain destiné à nourrir le bétail des pays occidentaux, des cultures de légumes qui asphyxient le sud de l’Espagne, des animaux de ferme traités comme des objets inanimés en Autriche…

Commentaires :

1- un reportage inquiétant sur les dessous de notre alimentation. Il n’y a aucun commentaires de la part du réalisateur, qui laisse les images parler d’elle même : gaspillage de nourriture aux quatre coins du monde, appauvrissement des ressources, taille démesurée des exploitations… « Nous ne pouvons pas continuer à vivre ainsi. Nous devons vivre autrement, manger autrement, acheter autrement (…) Nous sommes tous des consommateurs, nous devons accepter cette responsabilité. Et si nous ne le faisons pas, alors qui ? C’est pour cette raison que le film s’intitule « nous nourrissons le monde », et pas « ils nourrissent le monde ».

2-Pourquoi la faim est une des premières causes de mortalité dans le monde alors que la planète produit de quoi nourrir 12 milliards de personnes ? Un documentaire ne peut sans doute pas répondre à tous les aspects de cette question complexe. Le parti-pris de celui-ci est de partir de quelques denrées alimentaires (pain, poisson, tomates, soja, poules de batteries), de s’intéresser aux modes de production et d’examiner leurs conséquences sur les équilibres mondiaux. Les fils rouges sont quelques questions mettant en lumière des paradoxes apparents comme :

- Pourquoi les tomates font 3000km à travers l’Europe ; pourquoi les Africains émigrent vers les pays du Nord ; et comment nos légumes se retrouvent à être vendus sur les marchés africains ?

- Pourquoi nos poules dévorent la forêt tropicale et 25% des brésiliens meurent de faim ?

- Pourquoi les populations des pays agraires les plus riches et les plus exportateurs meurent de faim ? Alors que dans le même temps, l’Europe brûle du maïs et du blé pour produire de l’électricité…

Parmi les nombreuses personnes rencontrées, les ruraux des quatre coins du monde tiennent des propos souvent frappés du bon sens (Autriche, Roumanie, Brésil, France, etc.). De l’autre côté de la chaîne, les industriels : Pioneer, Nestlé. Je recommande particulièrement l’entretien en Suisse au siège de Nestlé, avec Peter Brabeck, le pdg de Nestlé, qui face à la caméra, porte particulièrement clairement la parole du plus grand groupe alimentaire mondial (l’eau est une « matière première, une denrée » qu’il faut privatiser, le rôle du pdg est de préserver et développer les profits de Nestlé, les partisans du bio sont des extrémistes, etc.).

Malgré ses limites, ce film a le mérite de nous tendre un miroir et de nous contraindre à regarder en face les dégâts du modèle de développement prédateur qui est le notre.
barre103 dans z Films documentaires







hafiane slimane |
Centre d'Etudes Cathares-Re... |
spiruline "l'algue bleue au... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journée mondiale des Sourds
| roquevaire cycle 3
| walluf-lalonde